SOUTIEN A LA MISE EN PLACE D’ACTIONS DE MEDIATIONS CULTURELLES

Préambule

Tout comme les autres structures du secteur culturel, la fédération et ses festivals sont entrés dans une période de transition profonde.

Le rapport Latarjet réalisé en partenariat avec le Labo de l’ESS « rapprocher la culture de l’économie sociale et solidaire » illustre cette exigence d’adaptation des modèles économiques : https://www.lelabo-ess.org/IMG/pdf/rapprocher_l_ess_et_la_culture_rapport_latarjet_vf.pdf

  • Une offre qui continue de croître et qui est supérieure à celle des publics et des consommations,
  • Une réduction des financements publics, aggravée par la suppression des emplois aidés,
  • La « saturation » des crédits publics rend de plus en plus ardu l’accès de nouveaux « entrants », le renouvellement, l’émergence, l’innovation,
  • Une précarisation qui s’aggrave par l’absence de fonds propres,
  • La multiplication des commandes publiques (DSP, marchés publics) qui accroît l’instabilité,
  • Un contexte de tension des budgets publics dans lequel les entreprises sont souvent dissuadées de rechercher des bénéfices (et d’améliorer le niveau de leurs fonds propres) de peur de provoquer une réduction de leurs subventions,
  • La faiblesse et la difficulté de l’évaluation, de la juste mesure de la valeur créée, de l’impact – notamment social, territorial – de l’activité produite ne facilitent pas les négociations avec les partenaires,
  • Une décroissance du mécénat privé des personnes morales ou physiques,
  • Une crainte pour les créateurs de se percevoir en tant qu’entrepreneurs culturels. Ils appréhendent la réalité de l’entrepreneuriat sous l’angle de la recherche prioritaire du profit, de la « marchandisation » de leur œuvre, de la dérive commerciale de leur activité.

Comment cette « transition culturelle » se manifeste-t-elle ? La dimension territoriale des projets et des programmes, leur ancrage dans les réalités de la cité sont confortés. A cette échelle s’organise la conjugaison des divers champs du développement et la collaboration des acteurs de la transformation sociale, leurs compétences et leurs moyens (services sociaux, opérateurs urbains, mondes associatifs, mondes économiques, établissements scolaires, universitaires et de recherche, …). Dans une telle stratégie globale de territoire, l’action culturelle retrouve toute sa place. Une telle évolution se traduit notamment par les expressions de « projets situés », de « projets artistiques et culturels de territoires » (PACT) ; « d’écritures contextuelles » ……

En dépit de ces menaces et de ces fragilités, le rapport indique que le secteur culturel est le plus novateur en matière de développement des nouvelles formes d’économie collaborative ; qu’il témoignait de la plus grande capacité d’adaptation et de gestion des nouveaux enjeux.

Les différentes étapes

ETAPE 1 : CONNAISSANCE DU PUBLIC ET DU TERRITOIRE

Propositions :

  1. Mise en place d’une carte interactive
  2. Listing à télécharger
  3. Rdv individuels avec le consultant DLA et la chargée de mission de la fédération

 

 

 

ETAPE 2 : CHOIX DES PROJETS A METTRE EN PLACE 

Propositions :

  1. Base de données de projets d’actions de médiation
  2. Rdv individuels avec le consultant DLA et la chargée de mission de la fédération

ETAPE 3 : FINANCEMENTS DES ACTIONS

Propositions :

  1. Base de données des aides possibles (liée aux fiches)
  2. Fiches techniques d’aide à la rédaction des dossiers de subventions
  3. Rencontres organisées par la fédération (mécènes, ateliers de rédaction des subventions)

ETAPE 4 : SUIVI DU PROJET ET BILAN

Propositions :

  1. Fiche de suivi & bilan de projets (quantitatif et qualitatif)
  2. Rdv organisé par la fédération pour faire le bilan des actions menées sur le territoire